AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
Lycan Sangs purs

Stark Black

Messages : 24
Date d'inscription : 05/09/2012


Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same. Empty
MessageSujet: Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same.   Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same. Icon_minitimeMer 5 Sep - 15:55

❝ Stark Black


Personal Identity
❝ Nom : Black, ce n'est pas son vrai nom.
❝ Prénom : Stark.
❝ Age : 60 ans.
❝ Attirance : Homo refoulé.
❝ Caractère : —Agressif—Possessif—Irritable—Extrême—Courageux—Froid—Cruel—Impérial—Narquois—Curieux—
❝Métier : Trafiquant de drogue.
❝Groupe : Dog's Fathers
❝ Fantasme : Ca vous regarde peut-être ?
❝ Obsession : trouver quelque chose qui le rattache à la vie.
❝ Rang : Infant.


❝ my lovely body & ❝ my head and my ideas




Le corps de Stark n’est pas celui que l’on pourrait croire, il est bien trompeur. Car si il n’est pas doté d’une carrure géante et de muscles bodybuilder il a pourtant tout d’une musculature parfaite. C’est vrai il ne fait qu’1 m 74 et ca paraît bien peu, mais pourtant rien en lui n’évoque la faiblesse. Aucune parcelle de son corps. Non, il est plutôt comme Ulysse rusé et trompeur. Il est capable d’abattre un géant de ses mains.

Il est certain qu’il dégage un certain « sex appeal » aux émanations bien masculines, viriles. On le sent même en croisant son regard, il sent le mâle. Non pas qu’il s’habille comme un roi, même si il aime bien porter des habits terriblement provocants. Il n’a pas de gêne pour agir ainsi, et il faut l’avouer mais Stark cache bien les points faibles de sa personnalité, en les comblant avec son apparence. Il se fait plus impressionnant comme ça, enfin pas compliqué à comprendre. Au moins on ne cherchera pas la merde après lui.

Une masse de cheveux couleur corbeau arbore sa tête, fait à l'arrière de la tête d'un épis qui permet à ses cheveux une chute oblique pour pourfendre la moitié de son visage, d'une nature épaisse parfois même rugueuse. Ils sont irisés pleins de pointes. On remarque souvent qu'il ne va pas chez le coiffeur, et le plus surprenant dans cette histoire c'est qu'ils restent tout à fait luisants. Sur le début de sa nuque les cheveux courts s'allongent pour courir le long de son cou, jusque caresser son torse. Le haut de son crane possède de bien plus longs cheveux que les côtés de sa tête, ceux-ci permettant au mieux d'ombrager son visage.

Un regard tranchant, suffisant à éloigner les personnes qu’il n’apprécie pas particulièrement. De son œil unique il terrasse les minables qui le fixent, vous avez bien entendu : mi-na-ble. Un unique et précieux œil valide avec lequel il peut fixer le monde qui l’entoure, œil coloré de cette couleur sanguine, pétante. Un œil possédant bien des capacités comme être nyctalope. Bordé de ces cils épais en grand nombre, son regard se fait plus affuté, voilé par les cils qui suivent son œil. L’oculaire voisin est devenu aveugle, le cacheœil accompagné de la cicatrice qui borde sa joue gauche et fend son visage jusque le haut de sa lèvre en témoignent. Si il met cet objet en vérité ce n’est que pour cacher son complexe d’œil blanc. Oui lors de sa blessure il a perdu sa couleur à jamais. Cela ajoute du « dangereux » sur lui mais il ne s’agit que de complexe. Il ne l’avouera jamais de la vie d’ailleurs. Cette cicatrice lui vient de son très cher père et les belles marques que vous retrouverez sur ses fesses lui proviennent aussi de lui. En ouvrant la parenthèse des cicatrice il en est le roi, bon nombre d'entre elles parsèment ses mains, tantôt des brulures, tantôt des coupures. Une grande cicatrice fend son dos le long du reins gauche jusque la base du dos. Cherchez par vous même les autres cicatrices qui décorent son épaisse peau~ Refermons la parenthèse.

Son visage subit les affres du temps, du passé. Parcouru de traits vraisemblablement marqués, tracés. Ils affirment la sècheresse de toute gentillesse et convaincra définitivement la personne qui le regarde qu’il n’est pas « bon ». Son nez est affirmé, drôlement qualifiable, et pourtant prenant la forme légère d’un museau de lupin. Alors que ses lèvres sont souvent pincé ou étirée en un rictus peu amicale. De nombreux piercings finissent de sublimer cette sombre beauté qui ne s'adresse qu'aux plus courageux. Un perçant le dessous de sa lèvre inférieur, d'autres pénétrants les chaires de ses oreilles le long de leurs bordures. Cachent ces lèvres des dents luisantes, plus aiguisées qu'il n'y parait et pour nombre d'entre elles plus pointues. Il s’évertue de cacher se sourire rasoir, qui risquerait de le....trahir.

Un large cou suit l'ascension de ses trapèzes épais qui s'achèvent dans les chairs de ses épaules arrondies. On arrive sur une délicieuse partie, douce aux caresses. Ferme au touché. Un torse sans quelconque excès de graisse, forgé par l'entrainement et la vie que le loup mène. Il n'est qu'un amas de chaire font le tout forme un V. Suivent les fines courbures de ses reins sur la chute fatale entre la cuisse et les trésors de famille qui sont l’emblème extrême de sa virilité. Finissent ses cuisses aux durs contours, un genoux fin pourtant et des mollets aptes a un effort de longue durée. Il est plutôt quelqu'un qui fait un effort considérable dans lequel il met toute ses forces. Ce n'est pas un diesel mais un turbo, ca image très bien le type d'homme qu'il est.

Plus surprenant qu'il n'y parait ce jeune homme a une souplesse plus prononcée qu'on ne lui donnerai. Ainsi il est un être aguerrit pour tout. Son corps est résistant, prêt a subir n'importe quel effort, parfaitement en capacité d'éviter des coups. Une agilité plus forte, des sens aiguisés comme l’ouïe beaucoup plus développée. De temps à autre vous apercevrez des oreilles pointer soudainement comme par magie, des ongles terriblement pointus ou bien encore une queue lupine s'agiter, qu'est-ce donc ? Vous le saurez bien assez vite en découvrant l'histoire de Stark.

Il revêtit différents habits de toute sortes mais qui ont un certain style rock 'n' roll. Le cuir moulant, le noir, le sexy, le rebelle. Ca c'est lui, et il n'y a rien de plus qu'il puisse le rendre plus sexy, plus male. Dans ses tenues résident toujours des parcelles de chaires découvertes, le torse, les hanches..Le dos. L'histoire de laisser baver les autres, que ce soit des pantalons qui suivent ses formes ou encore des chemises noires ouvertes. Il se met en valeur par de nombreux accessoires. Des anneaux épousent ses doigts, des piercings embrasse ses oreilles, des collier accompagnent son cou. Enfin plutôt des chaines diront nous.

Reste sa forme lupine dont il peut user l'apparence jour comme nuit. Il est un loup unique, plus lupin qu'humain. A moitié garou, moitié animal. Il a si je devrais dire un quart de sang humain, trois quart de sang animal et deux encore de lycanthrope. Une fois loup Stark ressemble plus à un loup géant qu'à autre chose. Il a du mal a se faire accepter par les autres à cause de cette différence qui subsiste dans son sang. Un pelage noire chaos, épaisse fourrure dont ont décèle des reflets violacés. Un flanc plus musclé qu'un simple lycan. Il à pourtant des membres moins grands qu'eux. Doté d'un poitrail impressionnant très large et d'une croupe plus basse que celui-ci il génère ainsi une allure terrifiante parce que sculptée par ses courses nocturnes. Un regard aux lueurs sauvages ressort parmi tout cela, rouge sanguin. Ils ne changent pas de couleur quelque soit la forme. La seule différence c'est que loup Stark peut recouvrir à nouveau d'une vision pleine. Deux yeux. C'est étrange mais il n'y a plus que cette forme qui lui permet de voir de l’œil gauche. Tandis que ses oreilles sont aux aguets du moindre bruit. Sa queue se dresse souvent montrant qu'il ne se laisse pas dominer facilement, il désire profondément exprimer sa force.

Une marche au fer rouge réside sur son cou, un sigle bien étrange qui prouve qu'il appartient a un "clan". Un gang plus particulièrement.



Une chose clair avec ce Loup ? On l’aime ou on l’aime pas. On le sait au premier regard, Stark est quelqu’un au caractère bien trempé qui à il faut le dire tout pour déplaire.
Une indiffèrence totale du monde qui l’entoure, il ne prête pas attention réellement aux personnes qui peuplent son monde. Il ne suit que ces buts, il se fraye un chemin parmi la foule sans regarder les autres. Sans s’arrêter.

Il veut ou il ne veut pas. On l’aime ou on l’aime pas. Tout chez lui est décidé. C’est l’un ou l’autre, mais pas les deux à la fois.

Il manque de sérieux, on le sent cruellement partout ou il passe. Il rigole toujours et encore en compagnie de ces amis comme si le monde n’était pas noir, il ignore le mal dans lequel il vit et se convainc qu’il est heureux. Il s’aveugle volontairement pour poser ses limites. D’ailleurs l’approcher n’est pas une mince a faire parce que Stark ne prête pas attention aux gens qu’il ne connaît pas, il se contente de ce qu’il à déjà et ne cherche pas plus. Avec lui on sait tout de suite à quoi s’attendre, ses traits de caractères ressortent très rapidement avec une sorte de spontanéité dans ses attitudes. Il ne se contient jamais, il n’a que peu de réserve. Et le peu qu’il à n’est que pour un sujet dont nous traiterons plus tard. Il est extrême dans le sens ou il ne contient aucune de ses émotions, il les laisse couler toujours et encore.

Le trait le plus répandu et le fait de masquer ses faiblesses. Il ne la supporte pas la faiblesse, et c’est une des nombreuses choses qu’il n’avoue pas contrairement a cette apparence qu’il donne de lui, si sure et si confiante d'elle même. Il refuse de l’accepter, et contrairement aux apparences qui veulent bien le faire croire, il se sent toujours concerné par les autres, il est d’une sensibilité cruelle. Ca joue le dur..mais c’est un cœur tendre.

Je veux pas de toi :
Si tel est le cas, vous ne serez qu’accueillit froidement par Stark. Il est très froid globalement quand il a envie d’avoir la paix. Et qui plus est il vous le fera sentir verbalement aussi. Quand on a pas été élevé dans la soie on parle pas comme les gosses de riches. Forcément. Il vous ignoreras et fera sa vie de son côté, sans vous accorder ne serait-ce qu’une attention, et parfois c’en est très blessant. Mais comme dit « C’est pas mon problème ». Et puis, il ne partagera rien avec vous, il est possessif. C’est indéniable, combien de fois grogne-t-il sur des personnes pour leur signifier qu’elle n’ont pas a poser la main sur tel et telle chose, combien de fois mord-il pour dire bas les pattes. Oh je ne compte même plus.

N’y a t-il pas plus cruel que Stark ? Si mais il fait parti des pires sadiques que vous croiserez. La pitié n’est pas une chose qui fait partie de sa vie. Il ne réprime pas les élans cruels de son humanité, tuer un de vos proches devant vos yeux après l’avoir torturé, vous faire le plus grand mal du monde. N’a-il pas de cœur ? On pourrait se le demander après tout, en appliquant ce genre de traitement je peux vous assurer qu’il ne sent même pas une infime douleur. De compassion en lui. Quand à ses instincts lupins, eux ils ne le guiderons jamais a tuer l’un des siens inutilement, les animaux ne tuent pas les individus de leur espèce, par orgueil, par cruauté. Les animaux ne sont pas comme ça. De ce côté Stark est partagé et se pose souvent des questions, humanité ou bestialité ? Les deux prennent le pas selon différentes périodes.

Narquois, vil. Il se plait à toujours sortir des phrases cultes pour énerver. Cultes dans le sens ou elle sont toujours des piques désagréables, parfois voir même humiliante. Il se moque de tout, de la vie, mais surtout des gens. Il cherche la merde, les ennuis. Pour le fun, ainsi le temps passe plus vite au moins. Il profite de la vie comme ça. Il s’amuse en boite de nuit, il fume, il boit. C’est un monde a part. Un faux.

Si lui est un emmerdeur finit, en revanche l’emmerder revient a s’exposer aux ennuis. Il est d’une irascibilité certaine, et n’accepte aucunement qu’on lui retourne ces charmantes attentions. C’est quelqu’un de très impulsif dans ses réactions, et forcément il est irritable. Oh oui. Il finit toujours par se battre…c’est inévitable. Provoquant, et aguicheur. Oui aguicheur…Il devient très vulgaire ces temps-ci.

Il fait le kéké, le dur. Mais ça ne l’est pas tant.

Je tiens à toi :

Il existe des personnes pour lesquels le loup est dévoué tout entier. Alors on peut accéder a une autre facette de sa personnalité. Plus douce, et quelques craquelures dans son masque sont décelables. Il est moins dur qu’il n’y paraît. Plus tendre.

Il vous voit faire quelque chose au loin, il ne sait pas ce que vous faites ? Il viendra vers vous guidé par cette curiosité amène qui le caractérise. Comme les animaux curieux, il observe toujours, de loin ou de près. Il renifle, il questionne. On le croirait un peu chien dans ces moments là avec ces regards la tête en biait. Il aime découvrir de nouvelles choses.

Il en est de même, si vous étiez en danger il arriverait aussi vite que possible pour vous protéger, il supporte très mal de voir les personnes qui lui sont chaire( chères) en souffrance. Il veut préserver les personnes bien des personnes mauvaises comme lui. Avant qu’ils sombrent.

Il hait faire mal aux personnes qui ont de l’importance a ses yeux et il cherchera a plaire a ses personnes pour recevoir un peu de ce qu’il ne demande jamais. De l’affection. Aveuglément il accordera sa confiance, il se dévouera corps et âme pour qui en a besoin.

Il garde un brin de naïveté tout de même en lui, et on peut parfois lui raconter n’importe quoi il tombe dans le panneau. C’est en un sens très mignon, et c’est la faute de la confiance qu’il accorde aux êtres chères, même si ce ne sont pas toujours les bons.

Rire et jouer, qu’il soit froid ou tendre cela ne change pas. Il garde des traits parfois très enfantins lors des réactions diverses qu’il peut avoir.
Stark est quelqu’un qui a part ça est assez rancunier voir même boudeur. Cela n’ajoute que du pétillant à sa personnalité. Si il a bien un secret c’est le masochisme, il hait cette part de lui même qui quémande un peu de douleur, car ce n’est pas un peu qu’il l’est mais totalement. Il est gravement atteint.

Quand a sa vie sexuelle ? Elle est inexistante. Il n’a jamais eu d’expérience amoureuse ou même physique. Oui oui…il ne c’est jamais touché ne serait-ce qu’une fois. Car ici nous en venons à l’unique point de réserve qu’il détient. Il est très pudique par rapport a son corps. Et la gêne fait surface très rapidement quand on lui parle « sexe » il est pas gaulé dans le domaine. Les hommes et les femmes c'est fait pour être ensemble. Il ne peut pas comprendre qu'on peut aimer quelqu'un du même sexe et refuse de croire qu'on le peut, il a vraiment peur d'être un homo. Étant lui même un animal il a honte d'être attiré par les personnes de même sexe, dans la nature ca ne peut pas être comme ça..Mais c'est juste qu'il ne connait pas le désir, et surtout pas le plaisir que l'on peut éprouver en faisant l'amour. Il ne pourra pas y échapper éternellement.

Quelque soit son appréciation pour vous sachez que Stark évite toujours de parler des choses sérieuses en les rendant insignifiante. Il s'en moque comme si cela n'avait aucune importance. Il nie plus précisément mais au fond il connait la vérité.

Oh et puis une dernière petite chose, un détail. Mais un détail qui porte toute son importance, Stark à par ses liens de sang, hérité semblerait-il d'une conscience lupine. Le loup qui l'habite n'est pas humain, ne le confondez pas. Mais elle est capable de s'exprimer au travers de son corps d'homme, pas que de manière lupine. Alors vous devez savoir qu'il n'est plus vraiment lui même, sa conscience lupine est un autre Stark. Doté de réaction animales, vous n'arriverez sans doute pas à le comprendre. Car ici présent, il n'y a rien à tirer tout simplement, le loup ne réfléchit pas. Il n'est que doté parfois de questionnements sur le monde qu'il l'entoure, mais aussi d'émotions singulières et authentiques, il ressent des autres et de lui. Qu'on lui veuille du bien ou du mal. Il reste prioritairement guidé par des instincts les plus primaires, qui ne nécessite une réflexion. Il en est pas réellement capable. Comprenez le, il en devient totalement imprévisible. Il surgit souvent d'un moment à l'autre quand

Stark accumule des émotions en lui, car l'humain les retient. Et le loup les exprimes. Comprenez qu'en lui, ses deux êtres ne forment qu'un, et l'un équilibre l'autre. Il ne serait pas un être complet sans cela.

Une différence physique ? Ses pupilles se dilatent, ses cheveux paraissent plus hérissés, ses traits plus durs....Il n'en est que plus animal.



❝ my stupid story



Un jeune homme court dans la forêt à toute enjambée. Il fuit inquiet, comme si on le poursuivait. Mais oui c’est vrai au fait, qui le poursuivait ainsi ? Son clan. Il fuyait les siens comme la peste haïssant les hommes plus que tout, malgré le fait qu’il en soit un. Il préférait oublier la méchanceté des humains.

Alors au détour d’un arbre ce ne fut plus un homme dénudé que l’on vit. Non à présent c’était un loup qui courrait, il martelait le sol de ses pattes jusqu’à en perdre haleine, à bout de souffle. Jusqu’à être sur qu’il n’était plus suivis, il dut faire une halte. Son souffle désormais bruyant et irrégulier demeurait à présent le seul bruit qu'il pouvait entendre. Chaque inspiration lui inspirait une douleur crue. Quelques minutes passèrent, et l'organisme chamboulé du loup se calma. Le loup gris se releva soulagé d’en avoir finit de cette course sans fin qui l’avait poussé dans ses limites. Il recouvait dès lors tout son calme, et finalement assoiffé décidait de suivre l’odeur mouillée, et fraiche de l’eau de la forêt que fleurait sa truffe.

Le grand loup au regard bleu partit sur un sentier de la forêt, caressant le sol de ses coussinets épais. Aussi silencieux que l’était les animaux sauvages. Il avait marché quelques temps avant de voir naitre devant ses yeux, un charmant cours d’eau. Il s’avançait en sentant son estomac se tordre de douleur par la soif et décidait de se pencher au dessus de l’eau pour boire un peu le regard perdu dans son reflet.

Non loin de là surgit une louve, une vraie qui avait toujours appartenu à la forêt. Elle avait chassé le matin même et était venue se rafraichir un peu dans l’eau de la montagne. Empreinte d’une sagesse sans nom, un soyeux pelage noir épais était sien et son regard d’or aurai subjugué n’importe qui. Rempli d’une douceur que peu d’humains auraient.

Il était entrain de boire dans ce cours d’eau, à se désaltérer quand il la vit. Grande louve dont il émanait d’elle une expérience de vie assurée. Un regard impérial, tellement qu’il fut aspiré dans cette contemplation muette et releva la tête vers la louve arrêtant de boire. Une beauté sauvage surgit de nul part.

Elle remarquait alors cet homme qui sentait a moitié le loup et l’humain. Il devait boire quelques minutes avant sa venue mais à présent il semblait la regarder, elle. Si il comptait la plier a lui ou quoi que ce soit, elle partirait. Non pas qu’elle n’aime pas les loups. Mais elle haïssait se plier au règles, voilà pourquoi elle était une louve solitaire qui ne vivait sans aucune meute. Sans crainte elle avança vers le cours d’eau pour s’y couler petit à petit l’eau, celle-ci aplatissant son pelage de nuit contre son corps. Elle surveillait cependant l’autre loup donnant quelques coups de langues dans l’eau pour la gouter.


Quelle fascination, une louve…Et quel calme. Il ne put détacher son regard de la belle. Il ne c’était jamais intéressé aux humains, et n’avaient jamais espéré quoi que ce soit. Mais voir cette femelle ainsi avait fait bondir son cœur soudainement en lui. Il la vit faire comme si de rien n’était s’enfoncer dans l’eau, avait-elle trop chaud ? Il resta muet ainsi quelques instants puis partit pour ne pas l’importuner.

Ainsi il retrouva le rassurant confort de la forêt décidé à vivre seul sur le nouveau territoire qu’il avait méticuleusement étudier un moment avant de s'y installer. Une petite cabane rien que pour lui aussi était présente, pour lui assurer un toit lorsqu'il redevenait humain.
Il revit pour la deuxième fois quelques temps plus tard, lors de l’une de ces chasses, il avait tué un cerf et elle avait été alléchée par l’odeur de la chaire fraiche. Il l’invitait à partager son repas en la voyant surgir des fourrés épais du bois.

Ici ébutait une idylle impensable. Un lycan et une louve. Une louve, un animal.…Etait-il zoophile ? Non, simplement que ces instincts de loups étaient naturellement attiré par ce qui appartenait à la nature. Et sa douceur aurait charmé n’importe quel autre personne. Elle se jouait de lui, qui avait moins d’expérience pour s'y retrouver dans cette vaste étendue de verdure, lui fleurait de doux messages en silence. Jamais elle ne lui fit du mal au cours des mois qui passèrent, pas comme les humains le faisaient. Il remarquait que les animaux ne blessaient pas inutilement. Quand elle ne voulait plus de lui elle le lui faisait comprendre en lui donnant une petite morsure, en l’ignorant. Ce genre de petites choses qui ne sont pas blessantes.

Et puis quand ils se retrouvaient, ils étaient heureux…Très heureux. Ils jappaient en sautillant de bonheur au travers les bois, ils couraient à la dérive un peu partout, avec un sentiment de bonheur jouissif. Le soir étendus sur un rocher ils se frottaient l’un à l’autre en se procurant des attentions. La vie lui paraissait désormais plus simple. Il était heureux avec elle.

Le printemps suivant…La louve noir était pleine, sur le point de mettre bas. Ce fut dans sa tanière qu’elle mis au monde Stark. Par malchance les autres louveteaux étaient morts nés, et c’est vrai. Ils ne pouvaient savoir à quoi s’attendre d’une telle union. La louve était soudainement triste à la vue de cet échec cuisant, mais elle ne s’en préoccupait pas trop longtemps. Il en restait un, lui. Et elle ferait tout pour le protéger.

Quand il découvrit la mise bas de sa tendre il fut tout autant peiné de voir qu’ils n’avaient pas survécus tous, et elle de la voir triste a un tel point…Il la réconforta du mieux qu’il put.

Le temps passa et Stark devint sevré, il était pleins de bonne volonté et encore fougueux. Il taquinait autant sa mère que son père, et tout trois formaient un couple heureux.

Forcément un jour le bonheur est interrompu. Et celui de cette famille fut brisé, la louve avait été poussée à chasser plus loin pour trouver de la nourriture. Il fallait qu’elle nourrisse son petit, celui pour qui elle consacrait depuis un petit bout de temps sa vie. Elle avait été poussée jusqu’au limites de Dunenvald. Sauf qu’elle était encore terriblement exposée. Inconsciente du conflit qui régnait dans le petit village.

Il avait cherché flairé la trace de sa bien aimée dans la forêt, lors d’une pleine lune. Agité d’un mauvais pressentiment. Il fallait qu’il la rejoigne, toujours habité de la crainte de la perdre. Elle si volatile, innocente dans ce monde de pourriture. Il courrait dans la forêt suivant la plus fraiche trace, odeur qu’elle avait laissé sur le sol derrière ses foulées. Il arrivait finalement devant le village qu’il avait fuis il y a presque un an…Il la sentait non loin de là.

Perdue la louve fixait le village avec curiosité et peur..Les humains vivaient là ? Elle s’avança à pas prudent dans la ville presque à rat le sol en pénétrant les rues du village pour s’enfoncer dans l’inconnu. Elle ne faisait aucun bruit et découvrait le village de part en part, elle se stoppait particulièrement sur la place du village..Perdue.

Il courait à toute vitesse se hâtant de retrouver sa belle louve, inquiet de savoir qu’elle pourrait entrer en contact avec ces brutes d’humains. Quand finalement il arriva sur la place du village en changeant de forme. Le pire se déroula sous ses yeux..Trois hommes l’entouraient en pointant des fusils sur elle. Il était là encore à quelques pas, si près d’elle ! Il se mit à courir vers elle en tendant une main, criant à s’en briser la voix.

« Sale chienne on va t’envoyer croupir en enfer » crachait l’un des humains avec véhémence.

Les tirs retentirent peu de temps après, transperçant l’animal de toute part.

Elle avait regardé quelques minutes avant les alentours pétrifiée par la peur, tremblant à l’entente de ces voix et de ces armes pointés sur elle.. Pourquoi ils faisaient ça ?! Qu’avait-elle fait de mal ? Elle sentait sa fin proche, et aucune échappatoire ne lui était possible, elle vit alors le loup, celui qui avait partagé sa vie accourir vers elle de son autre forme, c’était trop tard. Elle lui lançait un dernier regard effrayé priant pour qu’il lui vienne en aide. En vain, quelques secondes plus tard elle ne fut plus, inerte au sol dans une marrée de sang qui se répandait tel un halo sur le sol les yeux encore grands ouverts.


Il arrivait ! Il venait ! Mais c’était trop tard, ils avaient tiré….quand elle s'effondra sur le sol il s’arreta de courir. Ils l’avaient tuée…Sa tendre louve, le lycan sentit son cœur se fendre en deux. Il approcha de manière vacillante près de ce qui avait été l’être aimé murmurant aux hommes qui vantait leur force.

« Qu’avez-vous fait…qu’avez-vous fait… »


Il s’agenouilla devant elle passant une main tremblante dans le pelage noir encore chaud….le caressant au même titre que les larmes dévalaient ses joues. Quand il ôta sa main elle ne fut plus que souillée par le liquide sanguin de la louve.
Adieu..Adieu mon amour.

Un an après l'incident, le père avait prit en charge le louveteau qui inter-changeait à volonté de forme, étrangement. Il avait le loisir de se changer en louveteau, et rester humain à sa guise. Il c’était réinstallé en ville, et pour tout vous dire il ne c’est jamais remit de la mort de son aimée. Il avait passé les premiers mois de la mort de sa « femme » à pleurer dans sa chambre sans se préoccuper de son unique enfant. Stark était triste lui aussi, sa mère lui manquait beaucoup, et il ne savait pas quoi faire pour passer le temps…Son père lui avait juste dit le jour ou il était revenu le chercher : « Ta mère est morte, des humains l’ont tuée..Elle ne reviendra plus alors ne me demandes plus ou elle est, je ne veux plus t’entendre demander après elle » avec un ton manifestement très froid et distant.

Stark avait acquiescé en silence lors de cet aveux, baissant la tête vers le sol en même temps que des larmes roulaient sur ses joues rosies. Peu de temps après il avait perdu cette espièglerie qui lui était propre, cette gentillesse d’enfant qui le caractérisait, c’est à cette période qu’il a commencé à se forger une image pour ne pas montrer ses faiblesses à son père, et aux autres. Il c'est fermé au monde qui l'entourait. Encaissant le manque de présence pour le rassurer, de la chaleur de sa mère. Il a encore la sensation des lèches rassurantes de sa mère sur son pelage. D'autant qu'il ne comprenait pas pourquoi son papa ne le regardait plus. Était-il faché contre lui ? Avait-il fait quelque chose de mal ? C'est ce qu'il se demandait en regardant son père avachis dans le fauteuil de leur salon une coupe de vin dans la main gauche, tortillant ses petits doigts entre eux, il n'osait plus le voir. Pleins d'un remord qu'il n'aurait pas du avoir.

Stark apprit très vite à se débrouiller seul, à se rendre utile pour son père avec des taches ménagères. Aux prix de cruels efforts. Les produits décapants brulant ses mains inexpérimentées. Se coupant en voulant chercher des couteaux pour mettre une table auquel son père ne viendrait même pas. Il voulait tout faire pour le rendre heureux. Mais la douleur de le voir changer, de ne plus voir aucun de ces sourires le réconforter. Son papa n'était plus le même, c'est à peine si il regardait son fils. Stark se fit à l'idée que son papa avait changé, mais qu'il l'aimait toujours.

Le petit enfant suivis quelques cursus scolaires de façons irrégulières, préférant de loin courir en nature pour se défouler et jouer avec les papillons. Il grandit petit à petit finalement, son père se perdant toujours un peu plus. La douleur que ressentait, et ressent toujours Stark est assez dangereuse. Auto-destructrice. Il pense que tout est sa faute depuis petit. Si il n'était pas là, sa mère ne serait pas morte. Enfin ses remords n'allaient pas être allégés.

Citation écrite de Stark a dix ans.

"Papa est si triste..Il ne me dit jamais rien quand je lui demande si il veut que je lui rendre service. Il me regarde quelques secondes puis fait comme si je n'étais plus là..Comme si je n'existais pas, ça fait mal à l'intérieur de la poitrine..Je ne pleurs pas pour lui montrer que je vais bien, je veux lui montrer qu'il peut être fier de moi. Alors je lui prépare toujours tout. Je ne lui donne pas de travail en plus, je fais tout tout seul..même si j'ai du mal a atteindre les meubles parfois. Je..je crois qu'il m'en veut..je n'aurais jamais du être là."


Un jour son père daigna enfin regarder son fils. Mais d'un regard noir, terrifiant le petit garçon sur place. Et à partir du jour ou il le regarda, Stark aurait préféré encore se faire ignorer. Il subissait désormais les coups violents que lui assénait son père, jour et nuit. Dans ces sauts d'humeurs qui le rendait si imprévisible, le fils se retenait de pleurer quand penché sur une chaise les fesses à l'air son père faisait claquer sur ses fesses une ceinture pour les rendre sanguinolentes. Il ne laissait pas même un son déchiré quitter sa gorge, seul quelques larmes se contenant dans le coin de ses yeux au même titre que sa lèvre était charcutée. Il souriait à son père sans comprendre que c'était ces sourires qui le rendait encore plus fou.
Pourquoi ? Parce que ce sourire lui rappelait sa louve aimée. Il haïssait tout ce qui lui rappelait sa tendre, et qui d'autre que Stark pour lui raviver la douloureuse flamme et le manque ?

Le petit aura même le loisir de devenir aveugle quand son père dans un excès de colère se saississait d'un couteau en hurlant au petit de se taire. Le père l'aura sans aucune hésitation blessé en lui donnant un coup de couteau bien placé sur le visage. Pourfendant son visage de la lame d'argent. Le louveteau s'écrira de douleur en se roulant au sol les mains sur son visage tremblant tout entier, en même temps que la douleur brute de l'argent étreignait ses chairs et les faisaient crépiter d'une douleur intense. Qui se répandait tout le long de sa boite crânienne. Le sang aveuglait son oeil désormais meurtrit dont les pigments rouges disparurent à tout jamais, il n'aura si grand choque que cet acte qui le marquera a vie.

Citation de Stark à onze ans.

"Papa me fait si mal !..Il me hurle dessus de sa voix brisée comme si je n'étais qu'un déchet. Il me déteste vraiment, je le sais maintenant...Il me hait. Je ne comprend pas, pourtant je fais tout pour lui être agréable, et plus j'en fais pour lui...plus il me fait mal. Est-ce parce qu'il m'aime ?...Je me sens si mal, si seul..Personne ne joue jamais avec moi...Les autres petits garçons à l'école m'excluent de leur groupe.."


Un jour alors que le petit loup rentrait de sa journée de cours d'un pied trainant, cueillant une fleur sur le chemin du retour pour son père.

Il allait l’offrir à son père. Quand il se dressa sur ses petits pieds pour ouvrir la porte de leur sombre appartement le cartable encore sur le dos. Il rentrait s’attendant a voir son père devant la télé encore a boire ou a dormir, et il s’approcha du canapé, décidé a lui offrir la belle fleur qu’il avait cueilli en rentrant.

Étonnamment son père ne se trouvait pas dans son fauteil. Stark appela alors doucement « Papa ?...Papaa ou es-tu !? Hein !! Papa…. » tout en marchant dans les pièces de l’appartement. Quand il atteignait la sale de bains une silhouette se dessinait dans l’air, clairement aux yeux du petit garçon qui stoppa ses pas, le regard perdu. Son père était suspendu en l’air par une corde qui entourait son cou et il semblait inerte de vie.

Stark dont les yeux était sur son père, dut cligner plusieurs fois des paupières..Alors que le bout de ses doigts tremblait, la fleur qu’il avait cueillit lui glissa des doigts silencieusement pour tomber sur le sol. La bouche du petit enfant s’ouvrit machinalement alors que sa gorge engendrait un crie déchirant. L’enfant hurla en s’époumonant de longues secondes en se pliant en deux progressivement jusque glisser sur le sol, ses mains enfouies dans ses cheveux pour les serrer, les arracher pour certains tremblant finalement de tout son petit corps. Stark était brisé, son être souintait la douleur et il ne pouvait pas contenir l’horreur qui lui saisissait le ventre à cette vue qu’il n’avait jamais désirée voir un jour. Se balançant d’en avant en arrière dans un mouvement balançoire le désormais orphelin.

Les voisins alertés par ces cries stridents alertèrent la police. Qui peu de temps après arrivèrent sur les lieux. On prit Stark, et au lieu de le rassurer on l’emmenait au post de police pour lui poser pleins de questions. Personne ne voyait sa douleur, personne ne le rassurait. Pourtant il sécha vite ses larmes enfouissant la douleur en lui pour répondre à chacune des questions que lui posait les policiers. « Que faisais-tu quand tu es rentrée ? A quel heure es-tu rentré ? Ton père avait-il des problèmes ?... » Oui, non, oui, non, non..Voici les réponses que donnait Stark. Il ne pouvait pas parler de sa lycanthropie. Surtout pas ici. Il aurait été maudit.

Jamais plus il ne retournera chez lui. Non se dressait désormais devant lui sa nouvelle maison, ou plutôt son nouvel environnement. L’Orphelinat du village. Froid environnement, une idée s’imposa directement en son esprit. « Partir »
Il ne voulait pas rester la comme un petit garçon sage, et déjà il montrait ses signes pré-courant d’une attitude de sale gosse. Immédiatement il refusait de se coucher dans ces lits comme semblait le faire tout ces petits garçons. Il n’aimait pas ces gens qui voulaient se montrer gentils avec lui comme si il n’était qu’un stupide mouton qui ne comprenait rien, et par dessus tout cela il sentait bien qu’on ne lui voulait pas du bien. Stark regardait les enfants de la cours avec mépris, dédaignait tout contact avec autrui emprunt d’une violence nouvelle. Il se renfermait comme une coquille du monde qui l’entourait. Il refusait de manger quoi que ce soit.

Puis une nuit il fugua. Le couvre feu venait tout juste d’avoir lieu qu’il avait sauté par la fenêtre en s’assurant qu’aucun enfant ne le voyait. Pendant son saut il se mutait en loup, désormais plus assuré, il retomba sur ses pattes et se mit a chercher la sortie près du muret de pierre. En vain. Il dut sauter a plusieurs reprises avant de réussir a s’échapper entièrement. Et une fois cela fait il partit a toute vitesse de la ville pour retrouver la forêt qu’il n’avait plus vu depuis le jour fatidique de la mort de sa mère. Stark courut a corps perdu serte, mais il se rendit bien vite compte en se perdant qu’il n’y connaissait rien. Il n’avait même pas eu encore le loisir d’apprendre la chasse que sa mère l’avait quitté à jamais. Quelques heures passèrent, et Stark sentit la faim crier en lui. Il voulut pourchasser un lapin, mais même lui sembler se moquer de lui en courant de droite a gauche. Il arrivait dans son terrier…Le jeune loup découragé finissait par abandonner, il se laissa plus loin mourir contre le sol alors qu’avec les heures qui passaient ses forces l’abandonnaient. Il n’avait plus mangé depuis longtemps. Ses yeux se brouillèrent peu a peu sur le paysage d’automne jusqu’à sa fin..Ou il perdit conscience.


Au petit réveil ce ne fut plus dehors qu’il fut. Il se demandait si il était mort d’ailleurs…Quand il se redressa il se rendit compte qu’il était dans les draps d’un lit. Lequel il n’aurait su le dire…Une odeur chaleureuse de soupe fit gargouiller son ventre vide. Et quand il recouvrait totalement la vue il se rendit compte qu’il se trouvait dans une maison de bois. Chaque meuble en était fait, et une par dessus ce fumet de soupe il sentait que le lieu était habité par une personne bien, qui vivait seul au vue du nombre d’affaires peu présentes. Son regard coulait sur chaque meuble quand il sursauta en remarquant qu’un vieil homme le dévisageait dans un sourire calme, et plein de gentillesse.

« Bonjour mon garçon, tu as bien dormis ? »
Stark destabilisé regardait la cuillère en bois qu’il remuait dans la marmite sur le feu..Sa sentait si bon. Il se contenta de hocher la tête au vieux monsieur incapable, et surtout intimidé à l’idée de prononcer le moindre mot. Ce vieillard lui donna de quoi se nourrir avec un bol de soupe en le regardant d’un œil tendre et l’orphelin en redemanda a plusieurs reprises. La soupe, c’était la meilleure chose qu’il n’avait jamais mangé…mais il n’en disait rien. Il lui aura fallut une semaine pour commencer à parler.

Il s’habitua et accordait sa confiance plus tard au vieux. Stark était devenu comme le fils du vieillard qu’il surnommait désormais : « Papi » et allait aux champs avec lui pour cultiver la terre. Le papi n’était pas très riche mais il suffisait à subvenir aux besoins du seul enfant qu’il n’ait jamais eu.

Citation de Stark à 12 ans

« Papi est vraiment quelqu’un de bien. Je crois que je n’ai jamais connu quelqu’un de si gentil dans ma vie…Il me fait découvrir tellement de choses au contact de la nature, je me sens heureux et libre ! Il est gentil, me fait a manger..Il me raconte ses histoires de jeunesses, la nuit je dors avec lui dans le lit !! On a bien chaud à deux..Même ma lycanthropie il n’en a pas peur. Papa l’aurait adoré je crois »

Une joie toute nouvelle qu’il découvrait, il s’émerveillait à nouveau pour tout et pour un rien. La vie semblait enfin lui sourire et pour de bon, il se donnait d'arrache pied aux diverses tâches que lui confiait le vieillard. Tantôt dans les champs, tantôt dans les bois.
Une vie à l’ancienne.

Quelques années heureuses coulèrent, Stark devint un jeune adolescent. Toujours teinté de cet air sombre, ou de cette mine aux traits durs et caractéristiques de cette dureté qui aujourd’hui perdure plus que jamais. Lors de ses seize ans, le jour de son anniversaire il partit en ville avec le peu d’argent que lui avait offert le Papi. En vérité, il s’agissait du peu d’argent qu’il possédait et qu’au cours des derniers mois celui-ci avait économisé pour son cher petit. Et au fond, il sentait surtout sa fin proche. Mais il avait refusé d’en parler a Stark pour ne pas le rendre malheureux…C’était un enfant assez instable mentalement.

Stark c’était acheté des habits, les premiers de toute sa vie et la joie qu’il éprouvait se lisait sur son visage a un kilomètres à la ronde. Ce fut le premier cadeau qu’il n’ait jamais eut et il se hâtait d’aller rejoindre Papi pour lui montrer ses trouvailles. Il courut jusque la vieille maison du bois qui était sa demeure et y entrait en s’écriant :
« Papi !! Papi regarde ce que j’ai acheté en ville ! »
Il secouait un tee-shirt qui pour un être civile n’avait rien eu de très..attachant. Mais Papi était étrange sur leur lit. Il n’ouvrit pas les yeux quand le loup vint secouer sa main, Stark sentait sa joie s’évaporer en réalisant peu à peu que le Papi n’ouvrirait plus jamais les yeux, sa main était froide..Son corps figé..

C’était un menteur ! Il l’avait envoyé en ville pour crever ! Stark s’en mordit les lèvres à sang rageusement et aveuglé par les larmes. Il n’aurai jamais eu de chance durant son enfance, et aura très mal grandit.

À nouveau seul, il ne pouvait pas rester ici..trop de souvenirs régnaient dans la maison, et il ne désirait pas regarder le corps du papi pourrir avec les jours. Alors il repartit en ville, seul...durant deux ans il sera un enfant des rues qui ne vit que par ses propres moyens, volant tantôt un bout de viande a quelqu'un tantôt en fouillant les poubelles. A dormir contre le sol dur et humide de la nuit, et parfois je dis bien qu'il avait le luxe de tomber sur un vieux matelas tâché de substances suspectes, parsemé de trous dont débordait de la mousse ou des plumes, mais il ne s'en serait pas plaint.

Il arriva à vivre ainsi pendant un petit laps de temps avant qu'un des voisins ne le dénonce en l'ayant surprit a plusieurs reprises voler la supérette du magasin d'en face. Et Stark n'était que trop jeune pour savoir qu'il fallait fuir. Des policiers le mirent en état d'arrestation, et sans préavis on le mis en prison, surprenant serte. Mais une fois de plus le destin avait voulu que les juges ne voulaient pas avoir a se préoccuper de ce gosse louche dont personne ne savait rien, ni à le placer sans qu'il ne fuit. On avait pas voulu de lui une deuxième fois à l'Orphelinat.

Alors il fut vêtit d'une tenue de détenu orange, et il fut jeté dans une cellule a six lits. Le premier regard que lui lancèrent les autres détenus annonçait déjà le quotidien qu'il allait vivre. Difficile. Il s'adaptait pourtant sans rechigner son sort toujours sans aucune motivation. Papi l'aurait jamais laissé là....Il avait a peine 18 ans.
Très vite les autres lui cherchèrent des noises diverses fois, et cela commençait par des petites tapes, des piques de phrases lancé simplement comme ça. On s'en prenait à lui en croyant qu'il était le plus fragile. Les autres prisonniers étaient tous ligués contre lui, en particulier ceux qui partageaient la cellule du loup.

Lors de l'un des repas tout commença à empiré. Stark avait apporté son plateau sur une table dans une partie reculée loin des autres, refusant tout contact avec qui que ce soit. Il fallait dire que la bouffe était particulièrement dégueulasse. Le loup ne releva les yeux que quand il vit d'autres plateaux se poser tout autour de lui, la bande de couillons s'était juste installée la et ce n'était pas par hasard. Lentement ils s'approchèrent tous de lui et commencèrent a le provoquer bêtement, bien sur personne ne connaissait sa véritable identité puisque Stark restait humain quand il le désirait.

"Alors mon ga ? Tu manges pas ta soupe ? Tu sais que c'est pas bien ça tu va finir en vieux tas d'os...Mais dis moi, elle est tout ta maman ? Tu l'as perdue....Ou bien tu la prise pour lui passer dessus parce que t'es un frustré ?"
Le loup fixait sa soupe quand soudainement on lui poussa l'arrière de la tête pour qu'il se prenne la soupe a la figure...Ses mains tremblèrent de rage petit à petit alors qu'il contenait la haine qui s'emparait de lui ; le loup prit le pas sur sa raison. Ils ne savaient rien de sa mère et ils osaient l'insulter comme ça...ces chiens d'humains...

Le jour de trop fut sous la douche quand on voulut l'humilier en l'abaissant à des choses sales et mal propre. Il avait refusé de faire, et s'en suivit une pluie de coup et d'insultes..Pourquoi la vie était-elle ainsi ? Parce qu'on a faim et qu'on vole on finit en prison ? Parce que tu es différent qu'on te maltraite..La vie..au final..elle est nulle. Pourquoi se donner la peine de vivre ? Pourquoi accepter un sort qu'il n'a pas mérité ? Stark n'a jamais eu l'envie de vivre depuis la perte de son Papi mais autant mourir ailleurs que dans un trou a ras. Plus rien ne semblait le faire sortir de sa léthargie hagard et amorphe.

Ce coup sur la douche, ce fut de trop...Stark allait leur faire payer une bonne fois pour toute le prix de leurs attentions. Un animal se laisse toujours faire jusqu'à ce qu'il se rebelle contre les personnes qui lui font du mal, quand il subit trop de fois. Il en perd la raison et devient un animal fêlé.

Le loup de Stark émergea violemment le transformant en ce monstre de terreur mi lycan mi loup. Il se mit à déchiqueter, broyer tout ce qu'il trouvait sur son passage. Il massacra tout les hommes sur son chemin en se hâtant de courir vers la sortit, virant a droite, puis sautant sur des escaliers s'emmêlant les pattes jusqu'à dégringoler le long des marches mais toujours pour mieux se relever. Mutilé de balles qui ne le tueraient pas mais le torturerait toujours plus, il ne voyait devant lui qu'une chose, une fois de plus : La sortie. Arrivé dehors, il sauta un mur épais dont la grille de barbelés s'accrocha dans ses chaires épaisses. Il réussit malgré tout à passer le mur de la prison pour fuir, comme d'habitude. C'était ce qu'il faisait de mieux, il fila tel un fantôme de cauchemars au travers les forets, le bruit du barbelé derrière ses foulées le poussant à aller toujours plus loin, se blessant un peu plus. Il s'effondra une fois de plus quand le sang lui manqua...Enfin il pourrait se laisser mourir...enfin..

Et rebelote. Le voila de retour dans un lit, dans un endroit qu'il ne connait pas parce qu'un con a eu l'idée de le sauver. C'était pénible...Il regardait autour de lui et voila de nouvelles têtes, qui ne ressemblaient pas du tout à celle du papi qui avait eu la bonté de l'accueillir. Non ça sonnait plus comme des bêtes qu'avaient trouvé une nouvelle recrue, souriant pour certain avec curiosité, d'autres le fixant avec dédain. Ca n'allait pas être facile, un mec se tenait a côté de lui, plus grand mais surtout plus âgé. C'était Bo' le chef du gang dans lequel il se trouvait.

"On ta ramassé dans la rue...Seul et blessé, on ta soigné mais ça nous à couté, tu m'en dois une. Maintenant tu décides, soit tu crèves dans la rue seul comme un con ou tu te fais avoir par la police. Soit tu viens dans la famille et tu vivra une vie plus facile que seul de ton côté...C'est toi qui vois.." disait-il en recrachant la fumée de sa cigarette.

Une fois de plus...encore. Stark n'aimait pas la solitude alors il choisit de faire parti de ce gang. L'histoire de trouver une dernière fois de quoi s'accrocher a cette vie de malheur qui est sienne. Et dire qu'il était encore si jeune, il se sentait déjà vieux de tellement d'années...
"Ca me va...je marche. Je fais le serment de faire partie de la patrie. Désormais je partage ma vie avec mes frères et si je dois partir ce sera sur le chemin de la mort"..
Il prêtait serment, et avait parfaitement conscience de son acte. Ici ou ailleurs ? Il préférait encore rester là.
"Ok...par contre va falloir te faire marquer.. comme nous tous". Bo lui montra sa marque dans le cou.
Le loup acquiesçait...Ok ok..un peu plus ou un peu moins. On le mena près d'un grand four à l'ancienne ou brulait parmi les braise une barre de métal sur laquelle était gravé la marque, ou le sigle du gang. On le tint par les bras peu de temps avant qu'on ne lui dise de regarder ailleurs, puis on lui posait la douloureuse marque d'argent qui laisserait une cicatrice indélébile sur son corps. La douleur fut intense et il trembla de souffrance durant quelques secondes alors que pulsait la douleur dans le creux de ses chaires.

Le voila qui fait partie d'un groupe. Il a été prit en main par l'un des membres et à tout découvert. Il partage son gagne pain avec la famille et pour vivre vend de la drogue pour avoir du fric. Son deuxième boulot ? Il danse tard le soir dans le club du Midnight. C'est le chouchou de Bo'...Bo se sert de lui et préfère l'avoir sous la main que sur le dos. La colère de Stark serait mal venue, il est l'un des plus forts que vous retrouverez, ayant l'avantage de se muter quand il le désire. Il sait que Bo ne lui veut pas que du bien, et il en a déjà fait les frais lors de punitions dégradantes. Il refuse simplement de voir la vérité en face et de réfléchir à son train de vie, de se dire que Bo n'est qu'un connard qui se sert de lui, Stark se plie en deux pour lui et fait tout ce qu'il désire comme un petit chien. Mais qui comprendrait la seule et unique envie de Stark ? Après tout il s'agit là de sa dernière illusion. Celle de vivre en tant qu'être aimé et non rejeté. On aura beau le traiter de chien, de lèche cul. Stark ne fléchit pas et continu d'espérer a sa manière réduit à des affaires bien basses, il c'est fait des amis. Sa vie lui convient et est un peu plus égaillée ! Ca fait maintenant plus de 40 ans qu'il bosse avec ce gang et il vit logé, "heureux".

Ah oui...n'oublions pas cet étrange vampire qu'il a rencontré en forêt un jour. Il est totalement fou celui-là ! Stark a pété un câble à sa vue, si peu de gêne et de retenue. Il a crut halluciner en voyant le manque de tenue qu'il avait, et surtout désemparée à la gêne qui est nulle chez lui. Il l'a appelé parce qu'il ne savait pas son nom : Jev. Ca lui ai venu comme ça, il déteste Jev parce qu'il est chiant, qu'il se tient pas à carreaux. Mais Jev est le premier qui ose être si...déplacé avec lui, et il doit bien se l'avouer mais cet homme l'intrigue peu importe sous quel angle il le fixe. Si il le revoit ? Il risquerait fort bien de s'énerver a nouveau, mais tant pis ce vampire le payera. C'est pas comme si ils étaient proches non plus. On verra ce que le destin lui réserve !


❝ under this skin



Pseudo : Appelle moi Dc
Un petit com' du fow ? Ton avis ? Comment tu es arrivé ? : J'ai pris le Bus en Uruguay je suis partis au Brésil en bâteau, puis j'ai été au Mexique jusque Las Vegas, puis finalement j'ai pris une fusée de Los Angeles et j'ai heurté un objet non identifié D: POUF LE LOUP je suis là. Ok je sors.
Le code du règlement : F*ck**g code D8

©Milady




Dernière édition par Stark Black le Lun 22 Oct - 16:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 82
Date d'inscription : 11/07/2012
Localisation : Avec son Loup


Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same. Empty
MessageSujet: Re: Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same.   Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same. Icon_minitimeMar 18 Sep - 19:11

Bienvenue chez nous !

Auto Validation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Force brute et coeur de pierre sont mes caractéristiques. Bad to be Good. Good to be bad it's the same.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Corps de verre et coeur de pierre
» Barême de force brute
» Mur en crayon IKEA
» [FAQ]Comprendre le jeu
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Red Riding Hood ::  :: Fiches classées-